Taxidermie haut de gamme

L'histoire



ENGLISH

Accueil

Technique

Historique

L'artisan

Photos

Contactez-nous

Liens


Petite histoire de la taxidermie


Peintures pariétales à l'intérieur d'une grotte, datées de l'an 15 000 a.v. J-C


Les fresques du paléolithique, qui représentent presque exclusivement des animaux, sont les plus anciennes expressions artistiques connues de l'homme. Inspirées du rêve ou de l'espoir du chasseur, du besoin de matérialiser les récits de chasse ou encore pour des rituels quelconque, ces fresques témoignent sans aucun doute de la fascination que suscitaient les animaux pour ces anciens hommes. L'intérêt que porte l'homme d'aujourd'hui pour les arts animaliers n'aurait-il pas comme origine celui qu'avaient nos lointains ancêtres d'il y a plus de 30 000 ans?

La taxidermie a une histoire et son origine remonte probablement au XVII siècle où des riches collectionneurs et savants exposaient leurs spécimens dans des cabinets de curiosité.


Cabinet de curiosité du museo di Ferrante Imperato (1672)


Toutefois, les protocoles de base de la taxidermie, comme on les connaît aujourd'hui, ont vraiment fait leur apparition durant la fin du XIII et le début du XIX siècle avec l'arrivée de la zoologie descriptive qui cherchait à définir un système de classification des êtres vivants. La taxidermie était alors un moyen de conservation des spécimens afin d'en faire des documents matériels. Les techniques étaient peu élaborées et le souci des détails dans la représentation de l'animal était tout aussi peu rigoureux.

Il a fallu attendre le milieu du XIX siècle avant que la taxidermie se démocratise et que les taxidermistes ouvrent leur service au public, ce qui semble avoir motivé l'évolution des techniques. Cette époque coïncidait avec le mouvement romantique et les taxidermistes, comme les artistes qui leurs étaient contemporains, furent inspirés par les récits rapportés par les voyageurs naturalistes. Leurs montages exhibaient des fauves aux allures désinvoltes et expressives qui témoignaient bien du rapport entre l'animal et les hommes de cette époque.

Plus tard, durant la première moitié du XX siècle, les musées, et en particulier aux États-Unis, repensent leur présentation encyclopédique, et l'arrivée des concepts écologiques encouragent les musées à adopter une vocation éducative tournée vers le divertissement. Ils ont donc recherché à présenter des reconstitutions des écosystèmes naturels. C'était la mode des dioramas où l'on peignait les paysages du milieu naturel des espèces exposées sur un arrière fond concave.

D'un autre coté, les taxidermistes ne cessèrent d'améliorer leurs recherches et techniques. Aujourd'hui, certains taxidermistes libérés des contraintes de la production commerciale voient dans leurs montages beaucoup plus qu'une simple représentation du vivant et ils ont développé une sensibilité toute particulière pour l'esthétisme animal qu'ils veulent ainsi faire partager. D'autres imaginent des mises en scène évocatrices interpellant le public à faire une expérience émotive et d'autres encore, explorent des concepts beaucoup plus engagés et intègrent leurs pièces dans un discours qui dépasse largement les représentations classiques.

En fait, l'histoire de la taxidermie, que ce soit au musée ou celle des artisans, ne peut être dissociée du rapport qu'entretient l'homme avec les animaux sauvages. Ces spécimens ont une grande valeur et doivent être considérés comme témoignage et mémoire matérielle à léguer aux générations futures.

Référence :

Bergot S. Art et taxidermie : un jeu de connivences. La Lettre de l'OCIM, no Hors-série, Taxidermie, décembre 2002. pp.77 à 80.

Péquignot A. La taxidermie dans l'histoire des musées d'histoire naturelle. La Lettre de l'OCIM, no Hors-série, Taxidermie, décembre 2002. pp.35 à 41

Wonders K. Exibithing Fauna-From Spectacle to Habitait Group, Curator, vol. 32, no2,1989, pp.131-155.




Tous droits réservés/All rights reserved
Site par/by SIPF